Le 20 précède toujours le 21

               (proverbe chinois)

 

Enfin vint le jeudi 20

Et ce ne fut pas en vain

Car ce jour je me ressouvins

De mes vieux amis trentains :

Il y avait Martin et Ghislain

Et puis Sylvain l'écrivain,

Truc machin le Tibétain

Devenu bénédictin,

Sans oublier ce pauvre Corentin

Exilé chez les Mexicains

Pour avoir cru au baratin

D'astrologues ignorantins.

Me vint l'idée d'organiser un super festin

De rôti de marcassin

Arrosé de Chambertin et de goûteux Brandevin.

La salle, enfin, décorée de joyeux serpentins,

Las ! me navrèrent les décrets du destin :

Tout ce tintouin ne rimerait à rien

Déjà du tocsin sonnait la voix d'airain

Car, le lendemain, du monde on annonçait la fin !

 

Claude SAINT-FORT    le 20.12.12   à  20 h 12