LE VERBE POAIMER, dans sa 30e année

association à but non lucratif de création poétique (1991),

membre de la MAC L’Haÿ-les-Roses (1995)

 

PALMARÈS COMPLETS

DE NOS CONCOURS 2020,

remis en mars 21

 

PRINTEMPS DES POÈTES, ÉQUINOXE 20 MARS 2021

 

TEXTES À LA LETTRE C… poèmes ou proses, Prix « Charly Mathekis ».

C’est le sujet qui a le plus inspiré nos auteurs !,

Crise sanitaire oblige, Cause Certain et malin virus, au nom Coro… Coro donc ou non Coro !

 

     PLANÈTES,

ŒUVRES, COULEURS… poèmes

   et BATEAU-VILLE… proses ou poèmes

     Rassemblés en 2 prix : « Bernard Chasse » et « Ella et Rouben Melik »

 

      Remarque méthodique : Les poèmes avaient été rendus anonymes pour nos jurys.

      Remarque éditoriale associative : L’essentiel des textes « Planètes » va être à retrouver dans le livre prévu pour l’approche estivale Jardins, Ponts, Planètes, poèmes et illustrations.

      Remarque commémorative : Un effort d’attribution et de communication sera accompli cette année pour le prix du Centenaire de Rouben Melik, poète, qui sera célébré à L’Haÿ-les-Roses en novembre 2021. 120 amorces de vers de son œuvre seront mises en avant.

      Remarque éditoriale associative 2 : notre revue« Jeux d’Epreuves », publiera sur un ou deux numéros tous les poèmes primés.

      Remarque de valorisation : Les 1ers, 2e et 3e prix de chaque catégorie sont l’objet d’une lecture filmée par les organisateurs pour présentation des poèmes sur nos canaux de communication avec la création d’une Chaîne YouTube du Verbe Poaimer (en Cours de réalisation).

Nos thématiques 2020 étaient :

     HISTOIRES ET POÈMES À LA LETTRE C

     Placez dans votre texte de Cinq à Cent mots Commençant par la Consonne C !parmi lesquels, venant de 2020 : Courage, Coronavirus, Covid-19, Crise, Confinés, Cluster, Cœur, Ciel, Chanteurs, Courriels, le Collectif… et/ou tous autres que vous Choisirez ! Thème libre. Poèmes, fables, contes, poèmes en prose, de 15 à 24 vers/lignes.

     Prix Charly Mathekis et les poètes de la Charente au Congo.

     Prix « La Classe ! » Les mineurs participent sans fraisJury : des professeurs de français et auteurs. Réservoir de mots et d’idées sur « Le Blog de Monsieur Dyrek » (les résultats à y figurer en ce mois de mars 21). Récompenses : livres illustrés de fables

     ESTRAMBOTS DE PLANÈTES, D’ŒUVRES, DE COULEURS

       Concours de poésie avec 3 GRANDES THÉMATIQUES, poèmes de 15 à 20 vers réguliers ou libres, « estrambots ».

a) les PLANÈTES Prix Bernard Chasse – poète et auteur de proses, L’Haÿssien et citoyen du monde (la Terre, la Lune, Mars, Mercure, Vénus, Jupiter et Saturne, Uranus et Neptune, Pluton, la ceinture d’astéroïdes, (1)Cérès, les exo-planètes, l’aventure spatiale, la conquête lunaire et martienne, les corps célestes, les astres errants, les comètes…).

b) les OEUVRES CÉLÈBRES Prix Ella et Rouben Melik – Rouben était poète Ella faisait sculptures (Une symphonie de Beethoven, « La Joconde » de Vinci, le « David » de Michel-Ange, « Impression soleil couchant» de Monet, sculptures de Camille Claudel, la Flèche de Viollet-Le-Duc etc).         

c) les COULEURS poèmes en couleurs (au min. 3 notations de couleurs, primaires, secondaires, teintes, adjectifs, noms…).

     TEXTES DU BATEAU-VILLE AVENTURES ET RÊVES Prix de L'Haÿ-les-Roses (qui abrite le « Bateau-Ville »), en prose ou en poésie, avec un titre contenant le « Bateau-Ville ». Poèmes : de 14 à 24 vers, réguliers ou libres.Proses : 20 lignes ou plus, conte, nouvelle, poème en prose… « Bateau-Ville » 

     Participez à l'avancée de la recherche sur la maquette géante du Bateau-Ville, la sculpture en bois. Page Fb « Qui a créé le Bateau-Ville, notre enquête ».

 

**


Prix Bernard Chasse 2020, attribué en mars 21.

Poèmes de 7 lieux : les Planètes.

 

Podium par Bernard Chasse en novembre 2020.

1) « Hasard ? » Bernard BÖSIGER

2) « Au Clair de mon âme » d’Eric ZAHND

3 ex aequo) « Jolie Lune », idem

« Galaxie » et « Mars Trivers » d’Elizabeth De COURTIVRON

« Courtisans du Soleil » de CHARLOTTE-RITA

 

4e ex æquo « Constellations » de Sharon DESLIGNERES

et « Le Lendemain et la Lune » de Corentin FERNAGUT

*

     Hasard ?

 

Je t’ai trouvé, mon plus-que-frère

Sur les quais du port de Bagghar

Au gré du vent et du hasard

Nous embarquerons pour la lumière.

 

Qui décide pour quel orient ?

Pour nous la main de l’innocent

Tirera un jeton de l’urne

 

Nous voguerons à travers cieux

Par Jupiter et par Saturne

Nous sommes fous : merde aux envieux !

 

Déchirés, les voiles nocturnes !

Nos corps sont deux - cuivre et vermeil

Notre âme est une : plein soleil.

 

Oui le hasard s’est fait lumière

Sur les quais du port de Bagghar :

Alors     béni soit le hasard :

Qui me donne bien plus qu’un frère.

 

    Bernard BÖSIGER 2020.

 **

Poèmes à la lettre C Podium, 2020 pour mars 21.

     Merci de m’avoir encore une fois associé à l’exercice d’évaluation des textes, combien inspirés et inspirants de nos pairs en ces temps durs de Confinement, où il faut un courage, combien grand pour continuer la route, ce chemin sur le pas des écrivains, vers un ailleurs meilleur !

     Après une lecture attentive, je voudrais présenter ma note sur 100 points, tout en remerciant les uns et les autres d’avoir mis à la portée des lecteurs et lectrices des sensations dont le résultat est de provoquer la catharsis utile en temps de peine...

    Comme l’insinue un des poèmes, il est difficile de communiquer sur certains faits, comme sur la covid-19 ; mais chacun a mis du sien pour nous communiquer, et c’est dans un langage qui mérite un bouquet de fleurs ! Bravo à toutes et à tous.

       Le juré poète et écrivain Charly MATHEKIS

 

Podium C Histoires et poèmes à la lettre C, comme Coro

1) « Chronique d’une catastrophe » Edgar RIVEBOUR

2) « Cherchant le sursaut » Nadia ESTEBA DE ANGELI

3) « Corona virus : le jour d’après » Patricia BONNAUD

« 2020 covid 19 : quel monde après ? », idem

4) « Quel cauchemar ! » Agnès BROWN

*

     Chronique d’une catastrophe

     Il fallait beaucoup de crédulité, de cécité ou de crétinisme, pour croire que la Covid-19 se contenterait d’exhiber ses capacités de nuisance sur un coin de Chine, puis disparaîtrait sa colère calmée. C’était mal connaître sa soif de conquêtes. Ce coup de semonce contenu n’était que le commencement d’un effroyable cataclysme.

     Sans consultation, sans concertation, sans cohérence non plus, en catimini et dans la clandestinité, elle mit le cap sur d’autres continents, camouflée dans des cales de cargos, des charters, des containeurs, des gros culs intercontinentaux... Ça et là, elle choisissait des points de chute, « clusters », à la fois camps de concentration et cerveaux de la contagion qui lui permettaient de prendre le contrôle de toute la contrée. Elle lui imposait alors le carcan de ses conditions, chahutant constitutions et conventions, ainsi que les cadres, les codes et les coutumes de convivialité en cours localement.

    La célérité avec laquelle la Covid-19 conduisait ses campagnes confondait les chefs des communautés concernées. Comment contenir cette calamité ? Quel contre-feu crédible lui opposer ? Confiner, ne pas confiner ? Chloroquine, pas de chloroquine ? Les conseillers se contredisaient. Au cœur de cette confusion, qui croire ? Auquel faire confiance ? A défaut de certitudes, chaque chef n’écoutait que ses convictions, cujus regio, ejus religio.* Au comble de la crise, la couverture médiatique de ce cyclone prenait l’allure d’une compétition entre pays. Compte-rendus et commentaires comparaient les chiffres : combien de nouveaux cas, combien de cadavres ? Des images montraient cimetières, crématorium, columbarium débordés dans cette course avec la camarde.

     Par chance l’approche des congés redonnait des couleurs à la vie. Cafés, cinémas, commerces rouvraient. Des concerts et autres communions culturelles se concoctaient… La Covid avait intérêt à se tenir à carreau.

     *Tel Prince, telle religion.

     Avon le 04.07.20. Edgar RIVEBOUR.

 **

Textes C hors Coro…, 2020, pour mars 21.

Le juré poète et écrivain Charly MATHEKIS

 

Podium

1) « Il m’amuse et ne me lasse », Nadia ESTEBA DE ANGELI

2) « Tel un coquelicot », CHARLOTTE-RITA

3) « Les corbeaux d’Odin, 2020 », Julia LINDHOLM

 

Autres poèmes d’autres poètes bien placés :

4e) « Le Chat et les pommes (fable) », Georges FRIEDENKRAFT

5e) « Clémence d’âme survit », Augustin KAKINE AURÈLE

6e) « Aout 2018 », Marc HERNU

 

*

     Il m’amuse et  ne me lasse

C’est lui qui fait des claquettes sur le toit

Sa musique est sacrée pour moi

Vous le sentez dans le cou, entre les doigts 

Dans les charmes, les chênes, arbustes des sous-bois ?

 

Il court invisible, irrésistible

Prend des baguettes, un tambour, joue de l’harmonica,

Des castagnettes ; il déploie ses ailes et puis s’en va !

 

Selon son humeur, virtuose de la flûte, de la trompette

C’est le vent qui passe par la fenêtre.

J’aime les improvisations de ce courant d’air

Il cavale, danse, cabriole, Nous amuse et fait sa folle

Nous invite à colin-maillard Sur la place, l’horloge, les remparts.

 

Coléreux, fantaisiste Son lasso claque quelquefois.

Il est ma muse et ne me lasse C’est un grand artiste

Il passe du coq à l’âne Siffleur de la mer, de la montagne ;

Nous laisse à jamais dans le silence… Il me souffle l’espérance

 

Puis il reprend de plus belle sa cornemuse

A saute-mouton, sur l’écume des vagues

il gonfle les voiles des barques catalanes

 

Autan, Marin, Grec, tramontane

Dans son concert de violons contrebasses,

Les cuivres qui résonnent, M’amusent ne me lassent

 

     Nadia ESTEBA au 23 juillet 2020.

**

 

« Prix Ella et Rouben Melik 2020», pour mars 21.

 regroupant les thèmes Œuvres célèbres, Couleurs, Bateau-Ville

 

    Bonjour Laurent, nous nous sommes concertées, Séda et moi

et avons conclu au classement suivant :

 

1 « Vénus », statue du Louvre, Madeleine LOISEAU

2 « Bicyclette au Vésinet », Julia LINDHOLM

3 « La clairière se fait rêveuse », Patrick RAVEAU

 

4 « Merveilleuse icône », Nadia ESTEBA

5 « Couleurs », Bernard BÖSIGER

6 « Grand-mère et l'automne », Élizabeth de COURTIVRON

7 « Je reviens de l'Afrique », Patient KATEMBO VAYIKONDERA

8 « King of blues », Hervé LAFFORGUE

9 « Et les doigts jaunis par la nicotine », idem

10 « Dans mon jardin secret », CHARLOTTE-RITA

 

     Amitiés, Nathalie MELIK

*

 

     Vénus

 

Trop belle pour être seule

On l’a pêchée dans sa tranquillité

Trop seule pour être belle

De son océan on l’a arrachée

 

Sans bras pour se défendre

Trop lourde pour s’enfuir

Sable fin et algues tendres

N’ont su la retenir

 

Du matin au soir

Sur son socle, dressée

Des inconnus viennent la voir pour y croire

Fascinés par cette déesse délaissée

 

Mais du soir au matin

Lorsque le Louvre se dévide

Vénus pleure d’un rien

Et son visage de pierre se ride

 

Elle regarde les étoiles et la Tour Eiffel

La Seine et ses poissons volants

Elle pense à son passé si loin d’elle

Aux étoiles de mer et à l’Océan

 

     Madeleine LOISEAU

 

     Seront envoyées par correspondance les récompenses 20/21, 400 € en tout, 100€ pour le lauré du Prix Bernard Chasse, 100€ du prix Textes C Comme Coro du Prix Charly Mathekis, 100€ du prix Textes C hors Coro et 100€ du prix « Ella et Rouben Melik », des gravures de Monique Raymond, des livres de fables de Da Vinci à Florian, des cd de fablettres et poèmes chantés par Philippe Daverat.

      Nous remercions Bernard Chasse et l’Association des Amis du Poète Rouben Melik qui participent à financer nos prix, en plus d’établir le podium à partir de notre sélection. Et Charly Mathekis notre « ambassadeur » en francophonie et poésie en ce Butembo de Nord-Kivu en RDC, pépinière de poètes ! Nous exprimons notre gratitude à la Maison des Associations Culturelles de L’Haÿ-les-Roses qui nous soutient pour les concours mais aussi pour notre édition de la revue Jeux d’Epreuves. Nous remercions et félicitons les poètes pour leur participation, la qualité et l’originalité de leurs textes, alors que nous vécûmes une année 20 Compliquée, Complexe, Cacophonique

     Des films vidéos seront postés sur une chaîne YouTube du Verbe Poaimer qui reste encore à créer, plusieurs ont été réalisés avec les poèmes primés 2020 en mars 2021 avec lecteurs interprètes Nathalie Melik, Gilles Dyrek et Laurent Desvoux-D'Yrek.

     Et les concours 2021 sont ouverts !, avec un effort particulier pour leur financement et leur communication, un renouvellement ou un approfondissement de nos thèmes, en cette année du Centenaire de Rouben Melik et des 400 ans de Jean de La Fontaine !

 

      Le Verbe Poaimer, au samedi 20 mars 2021, premier jour calendaire du printemps, jour d’équinoxe.