Georges Chapouthier, les Animaux,

                      les Livres, ailés Entretiens !

 

     Vous pouvez nous demander le recueil de Haïkus et tankas d’animaux et nous vous l’enverrons pour ses 16 euros, à l’ordre du Verbe Poaimer prenant en charge les frais de port. Chèque à envoyer au Verbe Poaimer, 73 avenue Larroumès, Moulin de la Bièvre L’Haÿ-les-Roses.

     Vous pouvez passer autrement à la librairie Pippa, dans le quartier Latin, tout près du Panthéon, 6 rue Le Goff, remplie de livres et… d’objets poétiques étonnants ! Dans les librairies Gibert, sur le Boulevard Saint-Michel, ou Eyrolles, sur le Boulevard Saint-Germain, vous pouvez trouver Sauver l’homme par l’animal, à quelques pas pour un être humain, avant d’aller lire ces deux ouvrages sur les bancs migrateurs du Luxembourg…

     « Un bonheur d'entendre, d'écouter et de voir Georges Chapouthier, que je connaissais depuis longtemps dans le domaine de la poésie et retrouvé il y a quelques années après l'avoir connu par la revue essentielle "Jointure", bon je savais que sa sphère professionnelle tournait dans les sciences, mais je ne lui savais pas finalement toutes ces recherches et trouvailles sur le monde animal.

     Personnalité, intelligence, empathie sont dénichées ou révélées par notre Georges parmi la gent animale. On apprend par lui que les rats rient mais qu'on ne peut les entendre avec nos simples oreilles, parce que.... Que les pieuvres, pourtant non vertébrées, utilisent des objets humains deux à deux, ah ah lesquels ?, pour s'en faire des abris. Quant à l'empathie, l'altruisme, ce sont des éléments clés..., chez les singes, les rats encore, écoutez-le conter l'expérience qui en atteste, des clés que nous avions délaissées dans tout ce que nous mettons en avant dans nos parcours, nos formations, nos sélections... et la leçon de maître Georges serait dans un rééquilibrage des compétences cognitives par les émotives... Chez Odile Jacob, Sauver l'homme par l'animal tout un programme ! qui fait le lien eh eh avec sa poésie.

     Le recueil, publié sous sa direction, de Haïkus et tankas d'animaux, paru chez Pippa l'an passé, nous incitait déjà à explorer des aspects attachants, surprenants, tendres, cocasses, originaux chez nos amis les animaux domestiques ou sauvages. Il avait invité des collégiens et des élémentaires à composer aussi sur ce thème et par cette forme de poésie d'origine asiatique. En cela, il est cohérent avec son message que c'est par l'Education notamment que l'on pourra créer le rééquilibrage qu'il appelle de ses voeux, en étoffant les Cours d'Education Civique et en les ouvrant à la prise de conscience de protection environnementale.

     Les seules qualités mathématiques ne sauraient faire un bon médecin, or la première sélection ne tient pas compte de ce qui se jouera dans une relation de confiance entre un docteur et son patient. Bon moi j'ai envie d'aller lire le livre de Georges pour démêler davantage les liens du vivant, entre biologie et philosophie, sciences et humanisme, conscience et respect et une affable envie de lire notre La Fontaine aux 400 ans et combien de fables mémorables, il me semble que chez lui aussi les rats rient, les souris trottent menu et que le Fabuliste a l'ouïe assez fine pour entendre les animaux converser en chuchotant, loin de la vision des animaux-machines de son contemporain, un certain René Descartes. Rééquilibrage disions-nous du cartésianisme par une attention à l'autre, un sens de la responsabilité vis-à-vis du monde vivant que la poésie a contribué à pas légers à faire entendre.

    Et l'immense et discret Philippe Jaccottet, poète suisse francophone, étudié comme "poète de la présence", comme notre Yves Bonnefoy de ce côté des Alpes, vient de quitter la vie à 95 ans, après des lustres à se faire chantre chanteur admiratif de la Nature qui a accompagné ses milliers de jours aux vallons et aux escarpements... Ce soir j'ai écouté deux entretiens de Georges Chapouthier, l'un sur le Blog du Sics Prospective avec Hélène Braun, puis Yolaine de la Bigne à la voix toujours enchanteresse et dont m’enchantait et m’amusait beaucoup naguère certaine chronique sur France Info. Ah soudain je me rappelle : Georges rappelle que l'humour est un trait commun aux êtres humains et aux animaux. Sur ce, l'éléphant léger, mais pas trop, va se coucher. »

     Cordipoeti artisti et milrécits Laurent Desvoux-D'Yrek entrant dans le jour 3 de mars 2021... Texte peaufiné par grand jour du 3.3.21.      

     J'apprends dans l'après-midi qu'il s'agit en ce jour ternaire

de la journée mondiale de la vie sauvage !

*

     Voici les liens des 2 entretiens récents de Georges Chapouthier :

https://www.prospective.fr/rencontre-avec-georges-chapouthier/

     G.Chapouthier par Yolaine de la Bigne sur la personnalité animale, https://www.youtube.com/watch?v=hjiCDmk4JGA&feature=youtu.be

HaïkusTankasAnimauxPippa20 - copie

Sur Le Blog du Verbe Poaimer, le 20 mars 2021,

« L’Agenda 21 » du Verbe Poaimer

Samedi 20 mars 2021 :

Résultats des « Concours du Verbe Poaimer 2020 »

catégories « Histoires et poèmes à la lettre C », prix Charly Mathekis, « les Planètes », prix Bernard Chasse, « les Œuvres célèbres », prix Ella et Rouben Melik, « les Couleurs » prix Nadia Esteba et « Bateau-Ville, aventures et rêves », prix de L’Haÿ-les-Roses, le 1er jour du printemps - à 20h21 !

Samedi 20 mars 2021, suite immédiate :

Lancement de nos Concours d’écriture 2021 avec des nouveautés !

     La revue Jeux d’Epreuves, toute fraîche, peut nous être demandée par courriel ou acheminement postal, à votre guise.

     Bons visionnages, bonnes lectures, bonnes escapades littéraires !

**