LE BATEAU-VILLE


     Le Bateau-ville a appartenu au comédien François Dyrek, qui l’avait reçu de Romain Bouteille, fondateur du Café de la Gare, qui lui-même l’avait acheté aux Puces de Clignancourt. Cette vaste maquette de caractère demeure d’origine mystérieuse.

    Elle a été offerte par la famille Dyrek en l’an 2000 à la ville L’Haÿ-les-Roses qui l’a fait restaurer les étés 2010 et 2011 par l’école Condé, l’estimant d’après ses matériaux un objet conçu dans les années 1960. Toute personne faisant avancer la recherche recevra une anthologie consacrée au bateau-ville par l’Association du Verbe Poaimer, qui attend vos poèmes en vers ou prose jusqu'en octobre 2012.

     Elle a été inaugurée dans l’espace de l’Auditorium Dispan de Floran dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine le 18 septembre 2011.

 

*

 

 Ici se crée une légende Bateau-ville

Sur leurs épaules d’art les quatre communaux

Ont porté jusqu’au lieu la maquette bateau

L’ont recouverte de sa structure tranquille

 

Devait-il quelque jour aller jusqu’à quelque île ?

En fantôme peuplé de canons et tonneaux

De baraques de fête et de tremblants canots

Et de bicoques coqs et de remparts qui filent

 

On saura quelque jour sa provenance mais

On ne pourra jamais dire qui s’arrimait

A ses rames rêvant les plages et les pages

 

Contant son odyssée ou ses détails menus

Comme s’absente pour toujours son équipage

Je repense au père François par l’Inconnu

                    

 « Sonnet du Bateau-ville » par Laurent Desvoux-Dyrek

 

*

 

[…] Qui ne rêve de ce grand vaisseau dormant

fait d’une longue « mer » que frappe une rangée de rames immobiles,

 protégé par sa vitrine

à regarder toujours pour un nouveau détail.

Croisant ici au large de Paris, le bateau-ville

tourne sa falaise en son imposant bâtiment

sous nos yeux courageux… loin de la haute mer !

 

« L’Etoile-de-mer » par Brigitte Moyon-Dyrek