Voici deux poèmes d'Oswald Kitambala un de nos nouveaux poètes, habitant au Kenya, il a bien voulu nous composer un acrostiche de Le Verbe Poaimer (A vos plumes !) et un poème écrit le 11.11.11 ! (A vos souris le 12. 12. 12 !)

 

Plus jamais !

 

Si c'était ta onzième heure sur douze

Quand tu entendrais onze, onze, onze

Ce serait pour toi une heure jamais vue

Que nul n'aurait connue, n'aurait plus revue.

Il est des jours comme ce jour et qui passent...

On s'en fout parfois, on s'en fout d'ailleurs!

Hélas! Chaque jour, chaque jour qui passe

C'est, ma foi, chaque jour une trace

Qu'une main superbe et souvent inconnue

A signée sur les pages d'une histoire

Qu'on n'écrira plus jamais deux fois !

 

Oswald KITAMBALA le 11.11.2011.

 

*

 

Poaimer

 

Laisse-moi exalter ta parole qui me réjouit,

Encrer en lettres d'or ton nom qui réunit...

 

Venant d'un monde qui fut jadis, tu crées et tu

Envisages un autre pas-encore mais déjà-vu...

Rien n'est aussi beau que cet entre-deux,

Béatitude pour une Association qui se veut

Exclamation dialectique de charmes nouveaux!

 

Poète du Verbe Poaimer, le monde te veut...

Oracle de ce millénaire, tu as entonné une ode nouvelle.

Asperge avec force, courage et passion tes vœux:

Intériorité et ouverture et virginité spirituelle.

Mourir, pour toi, sera ainsi tomber dans l'immortel

Et par ton labeur, Ô 'verbe' d'amour et de charité,

Resurgiront les lys pour exhaler des odeurs éternelles!

 

Oswald KITAMBALA au Kenya en novembre 2011.